Sélectionner une page


En tant que Vice-Président de la Région en charge des transports, je tiens à apporter tout mon soutien pour l’action régionale de ce jeudi 18 avril.
Retenu à Paris pour une rencontre de travail avec la partie Réseau de SNCF, je suis solidaire des initiatives CGT qui ont lieu à Alès, Nîmes, Montpellier, Sète, Béziers, mais aussi à Perpignan, Narbonne, Carcassonne, Villefranche de Conflent, Millau. Toutes convergent autour de la nécessité d’agir ensemble contre l’abandon de la part de la maison SNCF du service public ferroviaire français.
Ici, en Occitanie, le désengagement prend la forme d’un véritable sabotage !
Au fil des mois, et parce qu’elle a toujours affirmée ses valeurs d’égalité, de solidarité, de droits aux mobilités et aux services publics de qualité, notre Région est devenue la cible à combattre.


L’Occitanie, qui refuse d’expérimenter l’ouverture à la concurrence particulièrement en matière de transport ferroviaire régional, qui ose rouvrir des lignes et négocie une convention ambitieuse, l’Occitanie qui détient le plus grand nombre de liaisons directes de fret dites autoroutes ferroviaires, cette Région, notre Région subit de plein fouet les foudres de la direction de la SNCF.
Nous menons un combat quotidien, déployons pléthore de stratégies pour accroitre notre vigilance et notre contrôle, afin de contrer les attaques systématiques dont use la direction de la SNCF pour déstabiliser notre équilibre territorial et prouver, par là même, les vertus d’une ouverture à la concurrence qu’elle considère salvatrice. Au contraire, nous nous battons depuis le début du mandat pour une autre politique de transport public, pour que la direction de la SNCF ne se désengage pas du fret, n’abandonne pas les lignes de desserte fine du territoire et ne dégrade plus les services rendus aux usagers. Ce combat n’est pas terminé !


La transparence et l’identification des responsabilités, en particulier de l’État et des directions SNCF sont aujourd’hui indispensables, la mobilisation unitaire pour maintenir un niveau de service public digne de ce nom !


Jean-Luc GIBELIN
Vice-Président