Sélectionner une page

Il est bon de rappeler que l’autorité organisatrice du fret ferroviaire est l’Etat. Pour autant, c’est une question trop importante pour lui faire confiance …  . La région Occitanie est engagée sur plusieurs dossiers


Le port de Sète

Le nombre de trains de fret en liaison avec les arrivées des bateaux est en progression constante… . C’est d’ailleurs l’embranchement ferroviaire fonctionnel qui a amené un transporteur turque à déplacer de Toulon une liaison hebdomadaire conséquente. Le terminal ferroviaire sera prochainement en travaux pour une liaison avec le terminal de Calais. À noter que durant la fermeture de la ligne à côté de Béziers une centaine de trains de fret a été chargée à Sète destination le nord de l’Europe en remplacement notamment des départs prévu au  Boulou


Auch-Agen
Devant le refus de la direction de Sncf fret de gérer cette ligne  ferroviaire, les deux régions (Nouvelle Aquitaine et Occitanie) ont créé un syndicat mixte dans la perspective de l’installation d’une Semop majoritairement publique … À ce stade, c’est la seule solution pour imposer des travaux menant à la réouverture de la voie  le plus rapidement possible. Elle permettra aux productions notamment céréales du département du Gers d’atteindre les ports Bordeaux et Port-la-Nouvelle.
L’Etat a annoncé le transfert de la ligne et le maintien de son engagement financier pour une partie des travaux


Saint-Chely d’Apcher-Neussargues

Depuis des moins, nous  sommes mobilisés pour que les travaux d’entretien et de rénovation de cette partie nord de la ligne Aubrac soient financés. Il y a trois tranches. La première est en cours de réalisation. Il y en a pour 3,5 millions d’euros  financés pour 3 millions par la région Occitanie et le reste par la région Aura. La seconde tranche est de 11,5 millions d’euros. Elle permet d’engager les travaux entre 2022 et fin 2024. La troisième portera au-delà de 2024. Nous avons obtenu que la seconde tranche soit financée à égalité par l’Etat, la région Aura et la région Occitanie. C’est une avancée importante. Ce sera pour nous un point d’appui précieux pour le maintien de la liaison ferroviaire sur l’ensemble de la  ligne entre Béziers et Neussargues.


Marché Saint-Charles – Marché de Rungis

Là encore, nous sommes confronté à un désengagement de la direction de Sncf Fret qui refuse de poursuivre la liaison ferroviaire entre les deux marchés. Au-delà du risque de la mise de nombreux camions sur la route, c’est l’existence  du marché Saint-Charles qui est en cause. Nous n’avons pas accepté cette attitude dramatique de cette entité du groupe Sncf. Nous avons multiplié les contacts avec les élu-e-s du Val de Marne, avec le ministère, avec les chargeurs, les transporteurs. Nous maintenons la position d’une reprise du train traditionnel avec des garanties de fiabilité durant la période permettant de construire la réponse ferroviaire pérenne. L’état s’est engagé à accompagner ce processus. A suivre avec détermination et persévérance !